La différence entre la science et les chercheurs

Le processus d’évaluation par les pairs à l’aide duquel les résultats scientifiques sont évalués a fait ses preuves à maintes reprises. La crédibilité des nouvelles découvertes scientifiques est établie à la suite de processus d’examen rigoureux, d’abord par des experts du secteur, puis par les citoyens, alors que ceux-ci commencent à appliquer ces conclusions dans la vie de tous les jours. On ne compte plus les exemples où cette façon de faire a été utilisée. Ainsi, lorsque mes enfants étaient jeunes, nous avons souvent dû acheter des antibiotiques pour traiter des otites et jamais nous n’avions de doute sur leur efficacité. De même, nous faisons tous confiance à la science chaque fois que nous prenons l’avion : nous avons que l’appareil volera. Il est donc impensable que le secteur des sciences traitant des changements climatiques ait été corrompu et s’inscrive hors du processus scientifique que l’on observe dans tous aspects de nos vies.

Un seul scientifique, par contre, peut défendre des conclusions qui sont incompatibles avec le consensus scientifique. Le physicien Fred Singer[1] constitue un bon exemple à ce titre. Il en sait plus sur le plan scientifique que je n’en saurai jamais de toute ma vie. Toutefois, en plus d’affirmer devant le Congrès américain que les émissions de C02 n’étaient pas la principale cause du réchauffement de la planète, il a aussi prétendu que fumer des cigarettes ne provoque pas le cancer[2]. Les scientifiques, à titre individuel, peuvent bien prétendre ce qu’ils veulent, que ce soit vrai ou non; mais ils ne trouveront jamais d’organismes scientifiques qui seront en accord avec leurs propos. 

Jim Powell s’est engagé à démontrer que ceux qui nient l’existence des changements climatiques constituent des cas isolés. M. Powell, un auteur scientifique qui a siégé pendant 12 ans au National Science Board après y avoir été nommé par les présidents Ronald Reagan et George H.W. Bush, a analysé 13 950 articles revus par les pairs sur les changements climatiques, publiés de 1991 à 2012. De ce nombre, 24 seulement écartaient clairement l’activité humaine comme cause du réchauffement planétaire ou privilégiaient une cause autre que les émissions de CO2 pour le réchauffement observé. Des 33 690 scientifiques qui ont écrit ces articles, 34 seulement ont participé à la rédaction des 24 articles en question. Cela veut donc dire qu’un scientifique spécialiste du climat sur 1 000 publiés en 21 ans a exclu l’activité humaine comme cause des changements climatiques. 

________________________________

[1] Fred Singer,” Wikipedia, http://en.wikipedia.org/wiki/Fred_Singer (consulté le 3 mars 2014).

[2] Fred Singer et Kent Jeffreys, The EPA and the Science of Environmental Tobacco Smoke, (ébauche : Alexis De Tocqueville Institution, 1994), www.legacy.library.ucsf.edu (consulté le 3 mars 2014).